Les fées de Cottingleys :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les fées de Cottingleys :

Message par The-Darkangel le Dim 21 Jan - 22:45

Les Fées de Cottingley ont suscité un vif intérêt mais sont probablement l'une des plus grandes supercheries de ce siècle. Nous sommes en juillet 1917, durant la première guerre mondiale. Dans le petit village de Cottingley, situé dans le West Yorkshire vit la famille Wright: la mère, le père, leur fille Elsie âgée de 13 ans et sa cousine, Frances Griffiths, âgée de 10 ans.

Les fillettes vont souvent jouer dans une petite crique boisée située tout près de leur maison. C'est là qu'elles voient des Fées et qu'elles s'amusent avec elles. Elsie fait souvent mention de ses amies ailées à son père incrédule que ces histoires finissent par agacer.

Lassées des réprimandes et des moqueries du papa, les deux enfants décident d'emprunter son appareil photo pour réaliser quelques clichés de fées. Le film est développé plus tard par le père lui-même, dans sa chambre noire. Là, il découvre à sa grande surprise une photo de Frances entourée de quatre fées. Il s'agit de la toute première photo des Fées de Cottingley.
On y voit Frances dans le jardin boisé. A gauche, coule une cascade. A l'avant plan, quatre fées dansent au-dessus d'un buisson. Trois d'entre elles ont des ailes et l'une, sans ailes, joue d'une sorte de flûte. Frances a l'air absente. Elle semble poser pour la caméra. Étrangement, elle ne regarde même pas ses amies les Fées. Les ailes des fées semblent figées, statiques.

Un mois plus tard, en septembre 1917, un second cliché est pris par Frances. On y voit Elsie assise dans un pré, tendant la main à un gnome
http://img442.imageshack.us/img442/8891/fantastique395to.jpg

Malgré tout, le père reste très sceptique. Il n'est pas convaincu de la véracité des faits. Les fillettes ont beau certifier voir des fées et s'amuser avec elles, en parler en classe, personne ne les croit. Deux années passent... Contrairement à son mari, la mère d'Elsie est très spirituelle et croit au surnaturel. Un soir, elle se rend à Bradford où se tient une réunion d'un groupe théosophique et y montre les clichés.

Les photos suscitent d'emblée un très vif intérêt.


Tout a commencé au début du mois de mai 1920. Arthur Conan Doyle est en train de rassembler des témoignages en vue d'un article sur les fées lorsqu'en causant avec M. Gow, le rédacteur en chef du magazine Light, il apprend que quelqu'un se vante d'en avoir photographié.

Le père de Sherlock Holmes, loin de considérer la nouvelle comme un canular, se montre vivement intéressé. Il se passionne depuis de nombreuses années pour le spiritisme, et si l'existence des fées se vérifie, ce serait une révolution qui élargirait "l'horizon spirituel de l'homme" et contraindrait les scientifiques à adopter une position moins hostile face aux phénomènes parapsychiques. C'est du moins ce qu'il croit.


( Je ne l'ai pas dit mais Miss Gardner,à examiner les photos et a dit qu'elle n'était pas truqué, par ailleur, son frère est a l'origine des découvertes des photos, bon nomùbres de gens croivent aux fées, de Cottingley, beaucoup depersonnes les ont examinés et n'ont rien trouvé, selon mon calcul 1/ 10 n'y croire pas à cette époque bien sûr ^^ )


Par la suite, il écrit même un livre sur le sujet:"The coming of the fairies".

Il publie les clichés dans le Strand Magazine en 1920. Son article a un retentissement mondial. Partout, on parle des Fées de Cottingley.


D'autre part, il y a le fameux magicien Houdini qui est un personnage hors du commun. Il défraie la chronique par ses merveilleux spectacles de magie. Houdini traque systématiquement les fraudeurs, les faux médiums, et toutes les supercheries liées au surnaturel. Lui aussi se laisse prendre au jeu et soutient les deux jeunes filles.

Certaines personne ont même évoqué le fait que les jeunes filles auraient des " ectoplasme".

Sir Arthur Conan Doyle s'arrange alors pour offrir aux enfants une nouvelle caméra pour qu'elles prennent de nouvelles photos. Les résultats ne se font pas attendre puisque 3 nouveaux clichés sont saisis. Ce sont les derniers de la série avec un close-up pris par Elsie en août 1920. Par la suite, les enfants se séparent et cessent de s'intéresser aux fées.
La première photographie montre Frances, de profil, regardant une fée suspendue dans les airs. Les regards n'ont pas l'air de coïncider. Les plans sont différents :
http://img184.imageshack.us/img184/9431/fantastique360hk.jpg


La seconde montre une autre fée sur une branche, offrant une fleur à Elsie :

http://img184.imageshack.us/img184/18/fantastique373na.jpg
La troisième est sans doute la plus troublante. On l'appelle "Les fées et leur bain de soleil". Contrairement aux autres clichés, les ailes des fées ont l'air en mouvement. C'est sans doute la photo la plus crédible de toutes. Il pourrait s'agir d'une double exposition, voulue ou accidentelle, ou bien de véritables fées :

http://img253.imageshack.us/img253/8113/fantastique355ip.jpg

Enfin, le close-up pris par Elsie et qui n'est guère probant :
http://img442.imageshack.us/img442/1825/fantastique383zr.jpg

Les fillettes ont toujours prétendu être incapables de filmer les fées si quelqu'un les accompagnait. A part elles, personne n'a vu les Fées de Cottingley. Il n'y eut qu'une seule personne, Geoffrey L. Hodson, membre de la Société Théosophique qui prétendit les avoir aperçues et qui confirma le témoignage des deux petites filles. La véracité de son témoignage peut être mis en doute.
a cette époque il y eu de nombreux témoignages :
Voici quelques témoignages : " je crois que j'ai toujours vu des fées dans ce bosquet près de la mer, Elles se réunnissent et elles flottent autour des arbres en compagnie de gnomes qui sont là pour les protéger "
" j'ai vu des fées vertes et des fées brunes Toutes avaient des ailes transparentes. Je leur parlais et je leur demandais de créer de nouvelles plantes pour moi et de protéger mes boutures. Les bons résultats que j'ai obtenus en jardinage me poussent a la certitude que c'était bien grâce à elles "
" J'ai vu des fées mais jusqu'à présent je n'avais jamais osé en parler par peur du ridicule J'avais 6 ou 7 ans et j'étais sur la route qui coupait un champ de coquelicots Jamais je n'oublierai l'étonnement qui m'a saisie quand j'ai vu un drôle de petit bonhomme jouant a cache cache parmi les fleurs."
J'ai vu des fées par les belles journées ensoleillées. Elles jouent dans la mer sur les vagues je suis seule à les voir à part mes petits neveux et nièces qui les ont vues aussi.Elles ressemblent à des poupées très menues avec des beaux cheveux brillants. Elles bougent tout le temps et se déplacent en dansant."
Les sceptiques et les supporters de l'oncle Arthur se sont battus pendant des décennies autour de cette histoire abracadabrante. Au début des années 80, un journaliste eut l'idée de demander à Kodak de se pencher à nouveau sur la question. Les techniques ayant évolué, il pensait qu'on était aujourd'hui capable de l'élucider de manière certaine. De 1982 à 1986 Geoffrey Crawley, du British Journal of Photography, mena l'enquête. Son premier article à peine paru, il reçut une lettre de neuf pages signée... d'Elsie. La petite fille aux fées vivait encore, elle avait à présent plus de 80 ans. Elle lui écrivait ceci :

"...(Vous avez) fait preuve d'une bien grande compréhension pour les beaux draps dans lesquels nous nous sommes mises, Frances et moi, ce jour bien lointain de 1916, lorsque notre petite plaisanterie est tombée à plat et que personne n'a voulu croire que nous avions pris des photos de vraies fées.
"Rendez-vous compte que si seulement on nous avait crues, notre farce aurait pris fin tout de suite et nous aurions tout raconté; j'avais quinze ans et Frances huit.
"Mais on s'est moqué de nous au contraire et tout le monde nous a demandé en riant comment nous nous y étions prises, et, toutes les deux, nous nous sentions très bêtes et nous avons laissé tomber, jusqu'au jour où, quelques années plus tard, Conan Doyle s'en est mêlé.
"Mon père m'a dit que je devais raconter immédiatement comment j'avais fait ces photos, alors, comme la plaisanterie était mon fait, j'ai pris Frances à part pour en discuter sérieusement. Mais elle m'a suppliée de ne rien raconter, parce que depuis l'article dans le Strand Magazine , on la taquinait à l'école (NDA : le nom des protagonistes s'était bien sûr éventé assez vite). J'avais aussi de la peine pour Conan Doyle. Nous avions lu dans les journaux qu'on lui adressait des commentaires désagréables à cause de l'intérêt qu'il portait au spiritisme, et maintenant on se moquait de lui parce qu'il croyait à nos fées.(...) Il venait de perdre son fils à la guerre (NDA : blessé gravement durant la bataille de la Somme, celui-ci était mort de la grippe espagnole, ainsi d'ailleurs que le frère cadet de Conan Doyle) et le pauvre homme essayait certainement de se consoler comme il le pouvait avec des choses qui ne sont pas de ce monde.
"Alors j'ai dit à Frances : "Bon, nous ne dirons rien puisque Conan Doyle et M. Gardner sont les deux seules personnes autour de nous qui ont cru à nos photos de fées et comme ils ont au moins trente-cinq ans de plus que nous, nous attendrons qu'ils meurent de vieillesse et, après, nous dirons tout (...)"."

Alors est ce de vraies fées ? Est ce une supercherie ? Que devons nous penser ? Les experts de notre époque disent qu'il n'y a aucun trucage.
A vous de croire ce que vous voulez, mais n'oubliez jamais ceci : "Que les fées soient avec nous ! "
avatar
The-Darkangel
Admin sadique

Féminin
Nombre de messages : 338
Age : 24
localisation : : quelque part ....
Créature magique ou mythologique préférée : : Vampires, anges noirs
Date d'inscription : 08/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://etoiledu30.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum